Alain Bruneel

Travail parlementaire

Peugeot : l’augmentation de la production est incompatible avec la casse de l’emploi et la précarisation du travail

Retrouvez ci-dessous mon communiqué suite à la demande du PDG de PSA d’augmenter les productions quotidiennes de boites de vitesse chez UMV

La politique de précarisation du travail se retourne contre le groupe PSA.

Plusieurs usines de PSA tournent au ralenti suite à un manque de boîtes de vitesse en provenance du site du constructeur à Valenciennes (Nord). Le site de Sochaux n’a pas pu faire tourner les chaines de montage de la 308 ce mardi. C’est la démonstration concrète que l’augmentation de la production est incompatible avec une politique de casse de l’emploi et de précarisation du travail.

La « rentabilité record » dont le groupe se vantait il y a à peine un mois dans un communiqué officiel s’est fait au prix d’une souffrance sociale de plus en plus insupportable pour les salariés.

Côté pile, le groupe PSA enregistre une augmentation de son chiffre d’affaire de 40% et des profits en hausse de 18%. Côté face, les choix patronaux détruisent des milliers d’emplois et développent massivement l’intérim.

Aujourd’hui, la précarité devient une norme chez PSA avec 10 000 intérimaires pour 28 000 ouvriers de productions en CDI. Le pognon de dingue engrangé par les actionnaires n’a servi à aucune embauche en CDI.

Cette politique de casse sociale a été permise par la mise à disposition de toute une panoplie de reculs sociaux prévue par les ordonnances travail  : ruptures conventionnelles collectives, accords de compétitivité, CDI intérimaires…

L’État actionnaire doit faire pression pour garantir des conditions de travail dignes. C’est la seule manière d’assurer une production à la hauteur des besoins.

Contact presse  : 06 72 60 10 82